Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les Français et le Climat

Publié le

Etude BVA sur l'opinion et le climat 

Réalisé par BVA  le sondage sur Les Français et le Climat nous le confirme : Non, le climat n’est pas, pour les Français, une priorité (seuls 13% des sondés répondent favorablement à la question « Le réchauffement climatique est-il une priorité ? »), le sujet arrive même bon dernier après le chômage, le terrorisme, le pouvoir d’achat, etc et Oui, ils doutent sérieusement de la capacité des humains à « gérer » la planète - mais de la même manière qu’ils doutent des politiques en général - Voyez l'infographie sur le sondage pour Eclairage public


Lorsqu’on les interroge sur l’action individuelle qui aurait, selon eux, le plus d’impact sur le climat, ils répondent en priorité : Changer ses habitudes au quotidien (les fameux éco-gestes ont encore un bel avenir), Mobiliser une opinion publique mondiale sur la question, et Informer avec un étiquetage environnemental sur les produits. Les sondés sont au courant à 57% de la tenue de la conférence sur le climat de Paris mais ils doutent très fort de l’aboutissement (75% pensent que les chances d’aboutir sont maigres voire nulles…).
Ils attendent des médias, - et c’est presque émouvant pour nous - à près de 80% des informations concrètes pour les aider à s’intéresser à ce qui apparaît encore à leurs yeux comme un « non-sujet ».

Quel type d’informations souhaitent-ils ?

Des informations positives, concrètes, -abordant les conséquences des évolutions climatiques sur leur vie quotidienne-, pédagogiques -soulignant et priorisant les enjeux des actions à mener (alimentation, transports, énergie, culture, etc). Ils souhaitent aussi une plus grande implication des relais sociaux. Enfin les Français attendent aussi, et cela est plus inattendu, de participer au débat. Ils veulent s’approprier ces questions climatiques en donnant leur point de vue, se forger une opinion, s’exprimer sur le sujet.


Nous sommes là en réalité assez loin d’un désintérêt massif ou d’un désinvestissement sur le sujet… La responsabilité des médias est dès lors vraiment importante. A nous d’informer sans écraser, de trier les informations pour répondre au manque de temps des lecteurs, de les mettre en perspective pour rapprocher le climat du quotidien, de faire œuvre de pédagogie sans être donneur de leçons, d’interpeller sans agacer, pour, au final, que chacun se saisisse de la question, pour soi, pour ses enfants. A lire justement, dans Psychologies magazine d’avril, un grand article sur le climat. Avec deux mots clés : les enjeux thématiques (alimentation, transport, énergie, ..) et l’exemplarité de ceux qui ont déjà mis en œuvre des solutions pour le climat.

Voir les commentaires

Inépuisable mais capricieuse, l'énergie éolienne

Publié le

Le vent ne souffle pas en permanence et l'électricité ne se stocke pas, dèss lors utiliser le vent pour produire notre électricité ne nous garantit pas un approvisionnement constant.

Les éoliennes "défigurent" nos paysages, sont bruyantes et hachent les oiseaux...

Ce sont quelques-uns des reproches que formulent les opposants à l'énergie éolienne.

Pour ce qui est des paysages il faut bien prendre en compte les différentes menaces qui pourraient les affecter sur le plan visuel, esthétique, puisqu'il en est question.

Et le réchauffement climatique pourrait bien devenir un élément majeur de la conformation des paysages de demain : nous en avons même la certitude absolue, basée sur diverses constatations comme la migration d'espèces, végétales et animales, vers le nord et vers des altitudes qu'elles n'habitaient pas il y a quelques dizaines d'années.

Ces mouvements se constatent partout en Europe et ailleurs, et les professionnels de la forêt et de l'arboriculture notent des phénomènes inquiétants pour nos hêtraies, ils déconseillent la plantation de chênes et de différentes autres essences qui y étaient présentes depuis fort longtemps en Dordogne...

Par ailleurs nos paysages sont largement enlaidis par des zones commerciales d'une esthétique très douteuse à l'entrée de chaque ville sans soulever de protestation : y aurait-il deux poids deux mesures ?

Oiseaux et pipistrelles

Oiseaux et chauve souris seraient victimes des éoliennes : des études ont été réalisées dans ce domaine, d'autres sont en cours et la question semble résolue pour un certain nombre d'espèces, qui n'auraient rien à craindre des éoliennes.

Ces espèces ont par contre tout à redouter du réchauffement climatique qui va d'autant plus se poursuivre que nous resteront dans le domaine de "l'écologie de parole" (cette écologie façon Jacques Chirac qui consiste à prononcer des phrases qui frappent l'oreille pour masquer une inaction à peu près totale) : la priorité est de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, alors que la France se prépare à créer des unités de production d'électricité alimentées essentiellement au charbon à hauteur de 12000 MW d'ici 2012...

Une production intermittente

Il semble bien que ce n'est pas un problème majeur dans certains pays, comme le Danemark, car il ne s'agit jamais de produire TOUTE l'électricité dont nous aurions besoin avec le vent, mais d'intégrer cette production dans un bouquet où elle trouvera sa place.

On peut aussi imaginer des solutions intermédiaires pour stocker l'électricité d'origine éolienne en cas d'une production supérieure à la demande, au cas où la réduction de puissance en temps réel des autres systémes de production poserait problème.

Par exemple en pompant l'eau d'un réservoir aval vers un réservoir amont afin de reconstituer une réserve d'énergie cinétique.

Et la France, riche sur le plan hydraulique, ne manque pas de barrages.

Le cas de l'énergie éolienne mérite donc une grande attention et une étude qui prendrait réellement en compte les différents avis à notre disposition, sans partisianisme.

Voir les commentaires

Le sociologue Jean louis Laville sur l'économie solidaire

Publié le

Voici un entretien avec le sociologue de l'économie solidaire jean Louis Laville, qui étudie les mécanismes et innovations de ce secteur depuis plus de 20 ans :

 

Voir les commentaires

A la découverte de l'innovation sociale

Publié le

La nouvelle édition du Guide pratique sur les placements éthiques et solidaires d'Alternatives économiques arrive à la saison des vendanges et nous permet de découvrir cet aspect de l'innovation sociale !

Le dernier cru trouve un écho particulier avec la crise des subprimes, qui montre qu'une finance reliée aux hommes et à leurs projets pourrait s'imposer face à des flux informatiques déconnectés de la réalité. Produits éthiques et produits solidaires sont un moyen pour la société civile de peser sur les orientations de ces flux. Cette septième édition est néanmoins l'occasion de rééquilibrer le contenu en faveur des produits solidaires (versus l'investissement socialement responsable qui avait pris beaucoup d'importance dans les précédentes).

La présentation de chacun des produits solidaires (en 100 fiches) a été améliorée, afin que les banquiers ne restent plus interdits, quand un client leur réclame du FCP Insertion Emplois, la Sicav Eurco solidarité ou CM France emploi ! On voit qu'il est aussi possible pour un particulier de gérer son argent de façon solidaire, avec des cartes bleues, des livrets ou des comptes de partage. Pour l'ensemble de ces produits, l'association partenaire Finansol a réalisé un Baromètre de solidarité, qui mesure le degré de solidarité.

Dans ce classement, les acteurs historiques des finances solidaires, comme Garrigue, Habitat et humanisme ou la Caisse solidaire Nord Pas de Calais, sont évidemment bien placés. Le Guide passe également en revue toutes les innovations du secteur, en particulier l'implication des Régions dans les FRIS, le projet de banque européenne de la Nef, les réductions d'impôt liées à l'investissement dans des entreprises solidaires.

A garder sous la main si le crunch s'installe !

 

Voir les commentaires

table ronde regionale

Publié le

Ce mercredi, les habitants de cette cité marseillaise promise à la réhabilitation depuis de trop longues années ont profité de la visite de  la secrétaire d'Etat chargée de la politique de la ville, pour se faire entendre. La Savine, bâtie en 1973, fait l'objet d'un programme de rénovation de 217 logements (sur 930), financé en partie par l'Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine). De plus, le projet fait désormais partie des 1 000 chantiers sélectionnés par l'Etat pour bénéficier du plan de relance. D'où sa visite  venue présenter l'ensemble du projet à Marseille.

La Secrétaire d’Etat n’a pas manqué d’être interpellée tout au long de sa visite « On manque d'information, dénonce la présidente de l'association Alliance savinoise. Des familles sont relogées en attendant les travaux, mais notre crainte, c'est de ne pas pouvoir revenir dans le neuf. » Le bailleur, la Logirem, est montré du doigt. Une dame peste : « ça fait des années qu'on entend parler de la réhabilitation. Mais on ne la vit pas, on la subit : on nous met dans des logements plus chers, on ne nous laisse pas le choix ! »  la Logirem, entend prouver le contraire : « Sur 120 relogements effectués, 70 % ont été faits à un niveau inférieur » de loyer, assure-t-il, tout en assurant qu’il rencontrera très prochainement les intéressés.


« L'Etat ajoute de l'argent pour terminer les travaux et désenclaver le quartier, ça va aller vite », promet la ministre, insistant aussi sur la priorité donnée à « la bataille pour l'emploi ». « Le plan de relance prévoit 1 000 chantiers. Qui dit chantier , dit grands travaux. J'ai la responsabilité de faire en sorte que dans le cadre de ces chantiers, les embauches se fassent dans les quartiers », indique-t-elle. Elle a assuré qu’elle reviendrait à La Savine pour reprendre la discussion avec les habitants.

Voir les commentaires

Décarbonez vos deplacements

Publié le

 

Voir les commentaires

Gaz de schiste : le cas Cahors

Publié le

 

Voir les commentaires

festival ecolo

Publié le

 

 

Voir les commentaires

gaz de schistes mobilisation

Publié le

gaz de schistes mobilisation

Voir les commentaires

josh-fox

Publié le

Voir les commentaires